21 km plus loin (mon premier demi-marathon)

21 km plus loin (mon premier demi-marathon)

21km

En fin de semaine, j’ai accompli quelque chose que, si vous m’aviez dit que je ferais il y a de cela 5 ans, je vous aurais ris en pleine face. 21km. Un demi-marathon. Couru.

L’an passé, j’avais vaincu le 10km à Ottawa, ma première course, de façon exaltée. Le demi marathon fut différent.

D’abord, c’est le cumul de 6 mois d’entrainement. Si vous voulez vous pratiquer à faire des projets à moyens terme, un demi-marathon est une belle option. Pourquoi? Parce que vous devez vous y commettre. Courir 3-4x par semaine, augmenter lentement le mileage, parce que de faire tout trop vite, on risque la blessure. Donc de faire une course lorsqu’on s’y entraine depuis 6 mois, c’est émotif mais aussi très mental.

1238095_10152283072962821_5424493649991791524_n

21km, c’est long. Ça m’a pris un peu plus de 2h30 pour le faire, et je n’ai pas marché (enfin, oui, pendant la côte Berri, une marche rapide, vers le km 19, en plein pendant mon mur. Je ne la verrai plus jamais de la même façon, je peux vous le dire!). Les 15 premiers km sont assez faciles pour moi, c’est par la suite que ça se complique. Mes hanches protestent vigoureusement. Je dois me concentrer et être dans ma tête. Je m’obstine avec moi-même:

– JUSTE 4 km Val, come on!

J’ai chaud-froid. Mal. Soif. Faim. EN MÊME TEMPS! Le seul moyen de vaincre mon corps, c’est de continuer. Il ne faut surtout pas que j’arrête! C’est du masochisme, mais bon, pour courir aussi longtemps, il faut avoir une petit dose de maso en soi. Je sais que pour que toute cette douleur arrête, je DOIS terminer la course.

Quand j’y repense, je trouve drôle que l’abandon, l’arrêt ne m’est jamais traversé l’esprit. Ce n’était pas une option.

Je crois d’ailleurs que je suis encore en choc. Mon esprit n’a pas décroché, je suis toujours dans la course. C’est la différence avec mon 10k: le 10km était une expérience, mon demi, ce fut une bataille, je l’ai vécu comme un soldat.

J’en retiens quoi de cette expérience? Je suis définitivement plus forte que je le croyais. Il y a quelque chose qui s’est transformé en moi, et c’est plus qu’une nouvelle confiance en mes moyens. J’ai l’impression qu’il y a maintenant quelque chose de solide en moi. D’indestructible. C’est difficile à expliquer.

I am titanium.

[line]

Note: Je crois que de vivre des défis physiques de la sorte bonifie mon expérience d’entrepreneure. J’en parle souvent sur le blogue et je vous encourage à en faire selon vos capacités et votre santé.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *