Réflexions, raquettes et mon aventure gênante…

Réflexions, raquettes et mon aventure gênante…

foret

L’année a commencé douce pour moi. Yoga, lecture, tricot ont été le Triumvirat de mes vacances. Ça et mes aventures en raquettes (je vous en parle plus loin).

J’avais envie de doux pour mon entrée en 2016, c’est la façon que j’adopte généralement quand je débute un nouveau projet, une nouvelle expérience. Je suis du type à tâtons plutôt que «tête première on fonce!»

Je dois dire que 2015 a été une année «fight club» pour moi. J’en ai déjà jasé auparavant – ma santé, mes finances, mon entreprise, ma santé mentale – tout y est passé. On m’a dit récemment que ça n’a pas vraiment paru. La loi no1 du Fight Club: On ne parle pas du Fight Club!

Si je vous dis ça, c’est que j’ai réalisé suite à cette année, que mon identité d’entrepreneure ne collait pas avec l’image qui est véhiculée par les médias, et que je ne voulais plus essayer de m’y conformer. Je me suis rendue malade en essayant, tsé.

  • Je ne veux pas avoir une méga équipe et avoir un chiffre d’affaires qui dépasse le million.
  • Je ne travaille pas pour gagner des prix, pour me faire interviewée ou pour être connue.
  • Je ne mettrai pas mon entreprise au devant de ma famille, mes amis et surtout, de moi.

Remarquez, y’a rien de mal à vouloir une big business et de vivre la grosse vie. C’est juste pas pour moi.

Et je vous assure que je ne manque pas d’ambition. Mon ambition est différente de ce qu’on pourrait s’imaginer d’une personne en affaires. Mon ambition, c’est de pouvoir aider plus de milles femmes à faire fleurir leurs affaires et, par la bande, leur vie. Bref, mon ambition, c’est d’aider la vôtre, ça fait du sens?

————-

Je vais maintenant vous raconter mon histoire de raquettes et elle est un peu gênante. Donc derrière chez moi, c’est le bois et il existe plusieurs km de pistes de raquettes. J’adore le bois et les randonnées et je suis adepte depuis qu’on est aménagés ici il y a de ça 4 ans.

Il y a deux semaines, je décide d’essayer une nouvelle piste. Un 4 km – pas si pire pour moi – qui semble pas être du coté abrupte des montagnes. Je me dis: 1h30 pour faire le trajet, c’est bon, et je mentionne mon heure de retour, 15h30, à mon mari. Je pars avec mon cell pour enregistrer le parcours et mon temps.

La piste est ce que je m’avais imaginée. Pas trop abrupte, mais pas trop facile non plus. Je croise un couple puis, je suis seule.

Bon, parenthèse importante, je suis une fanatique de l’émission «Finding Bigfoot» sur le poste Animal Planet. Je suis aussi une fille qui a l’imagination fertile.

Autre parenthèse importante: 4km éloignée dans le bois, c’est pas tout à fait la même chose que si vous étiez en ville. Vous êtes vraiment tu-seules.

Donc non, je n’ai pas rencontré Bigfoot, ou de monstres, ou d’ours (parce que oui, on a des ours bruns et que la température est un peu chaude pour un mois de janvier); cependant, j’avoue avoir regardé une couple de fois par dessus mon épaule, tsé, au cas où.

La vraie partie gênante, c’est que j’étais en retard sur mon horaire. Je suis rentrée 30 minutes plus tard que prévu et mon mari s’est inquiété, il a habillé le p’tit, ont enfilé leur raquettes et sont venus à ma rencontre. J’avais presque plus de batteries dans mon cell, j’ai donc pas appelé au cas où je serais vraiment dans le trouble et que j’aille besoin de faire 911.

La peur que je me suis faite – sans raison et tout à fait inutile – combinée au fait que j’avais pas prévu MA FATIGUE ÉVIDENTE APRÈS 1H30 DE RAQUETTES, emmitouflée et avec le poids supplémentaire que la neige collée sous mes raquettes me donnait, bref, tout ça m’a ralenti et aurait pu me mettre dans une vraie situation dangereuse.

J’ai réfléchi le lendemain à ce que je retenais de mon aventure en raquettes. Comme ceci est une infolettre d’affaires, j’avais envie de vous partager mes réflexions et faire le parallèle avec votre entreprise.

  1. On est jamais trop préparée. J’amène dorénavant un canif, des allumettes waterproof, plus de bouffe et je compte aller dans un surplus de l’armée me chercher d’autre trucs utiles. Idem en affaires, préparez-vous adéquatement avant toute activité, un bon planning vous sera toujours utile.
  2. La préparation, c’est aussi de prévoir les problèmes qui peuvent survenir. Pensez toujours CETTE : Corps – Esprit – Température – Temps – Éléments externes. En affaires, après avoir déterminé votre objectif, notez tout ce qui pourrait arriver qui vous poserait problème ainsi que les solutions pour les régler.
  3. Il ne faut pas sous-estimer la puissance de la pensée négative, du stress et de la peur sur notre énergie vitale, en affaires comme dans le quotidien.
  4. Il faut toujours communiquer adéquatement notre plan de match à quelqu’un de confiance et ne pas diverger du plan sans avoir mentionné les changement à cette personne. En affaires, c’est pertinent d’avoir un allié, un mentor, un ami, (etc) pour vous aider dans votre démarche. C’est bon d’avoir quelqu’un d’objectif qui vous apportera des solutions et de pistes auxquelles vous n’auriez pas pensé!

Voilè mon histoire! Comme d’habitude, utilisez les commentaires pour me partager vos expériences en raquettes ou avec les Bigfoot!

Bises du Nord!

PS: Le cours gratuit est disponible! Inscrivez-vous ici: https://formations.roseflash.ca/course-directory/

 

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *