Est-ce que vous avez tout ce que ça prend pour vendre vos services/produits?

val-billet

Z’êtes plusieurs «nouvelles» dans la tribu Rose Flash, ce matin j’avais envie aujourd’hui de me présenter officiellement.

J’ai une formation collégiale en design graphique, un BACC en enseignement des arts visuels et médiatiques et une formation en démarrage d’entreprises, et bien que mes «papiers» vous donnent un aperçu de mon savoir, je crois que mon histoire est plus pertinente à connaître.

Il y a 15 ans, je quitte le monde corpo des agences de communication suite à un ras-le-bol total (j’ai un côté irlandais qui ressort parfois malgré moi). Je fais ce qui me semble logique du haut de mes 21 ans, je m’inscris à l’université en enseignement des arts parce que j’étais persuadée que mon bonheur serait dans l’enseignement. Fast forward 5 ans plus tard, diplôme en poche, je me retrouve à faire de la suppléance dans les commissions scolaires de la région montréalaise et je suis malheureuse et anxieuse plus que jamais. Malgré mon talent en création, mon talent en enseignement (j’avais de A+ à tous mes stages) et une expérience en animation, gracieuseté de mes 6 ans de travail dans des camps de vacances, je ne cadrais tout simplement pas dans le milieu scolaire. Si je vous raconte ceci avec légèreté aujourd’hui, je peux vous garantir que j’étais plutôt en dépression et en remise en question profonde à ce moment là. 26 ans et j’avais rien de concret vers quoi me diriger.

Parallèlement à mon travail de suppléante, j’avais commencé un sideline: j’avais une collection de bijoux que je vendais sur le web et dans des expo d’artisans. Je me rappellerai toujours ma nuit décisive où j’ai pleuré et angoissé, mon chum (maintenant mon mari) à mes côté, me demandant ce que moi, Valérie, je voulais VRAIMENT faire. Et j’ai murmurée la réponse: gérer ma compagnie.

Ma compagnie de bijoux a duré 2 ans, 2 années de formations intenses dans lesquelles j’ai testé mon marché, appris à coder des sites web, participé à du réseautage, 2 années d’apprentissage par essais-erreurs (il y en a eu beaucoup). Au bout de ces 2 ans, j’ai pris ma première décision de tête de ma vie: j’ai laissé tomber les bijoux pour revenir au design graphique et au design web. Une décision crève-cœur? Pas vraiment à bien y penser: mes bijoux n’étaient pas profitables et je voulais créer une compagnie qui financerait mes rêves, vous savez, la maison-famille-vie que je méritais? ?

Maintenant, 10 ans plus tard, j’ai envie de partager mon expérience avec les femmes qui se sentent coincées dans le monde corporatif traditionnel et qui désirent prendre le contrôle de leur créativité, leur bien-être (mental et physique, c’est une paire), leur carrière et leur vie à travers entrepreneuriat. Voilà, ça résume mon parcours!


Le CV versus l’histoire

Si je vous montre mon histoire c’est pour vous démontrer que contrairement au monde corporatif où c’est le CV qui va vous vendre, dans le monde de l’entrepreneuriat, c’est votre histoire qui va vous amener de l’intérêt et des ventes. Peu importe votre histoire, le chemin qui vous a amené à faire ce que vous faites, le partager avec votre tribu est ultra important: elle amène de la sympathie, démontre votre sérieux, explique votre passion et elle bâtira votre confiance envers votre sens entrepreneurial. Donc pour répondre à ma question: oui, vous avez tout ce que ça vous prend pour vendre vos produits/services, il vous suffit d’un peu de rédaction!

Comment façonner le texte de votre histoire pour qu’elle vous aide à vendre? Je vous le montre dans la formation «Faites fleurir vos idées».

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *